Monde arabe, le grand chambardement par Yves AUBIN DE LA MESSUZIÈRE

Monde arabe, le grand chambardement

Titre de livre: Monde arabe, le grand chambardement

Éditeur: Plon

Auteur: Yves AUBIN DE LA MESSUZIÈRE


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Monde arabe, le grand chambardement.pdf - 47,384 KB/Sec

Mirror [#1]: Monde arabe, le grand chambardement.pdf - 27,948 KB/Sec

Mirror [#2]: Monde arabe, le grand chambardement.pdf - 25,662 KB/Sec

Yves AUBIN DE LA MESSUZIÈRE avec Monde arabe, le grand chambardement


Cinq ans après les printemps arabes, le monde arabe, qui est entré dans un long processus de mutations sociales, religieuses et politiques, se décline dorénavant au pluriel.

Cinq années après l'émergence des printemps arabes, le constat est celui d'un monde arabe en convulsion, au sein duquel les situations sont contrastées. Autonomes à l'origine, les soulèvements au caractère profondément social, ont été parfois confisqués par des mouvements islamo-conservateurs, puis par l'islamisme radical. Seule la Tunisie qui a ouvert la voie en 2011, a réussi sa transition démocratique. La Libye s'est enfoncée durablement dans l'anarchie. Au Proche Orient, l'Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen sont des Etats faillis, ou se sont répandus des mouvements non étatiques, notamment Daech, qui a réussi à créer un proto-Etat, de part et d'autre de la frontière syro-irakienne.

Les bouleversements dans cette région ont conduit à des rééquilibrages entre puissances régionales et internationales, qui annoncent des recompositions géostratégiques en profondeur. L'Egypte retrouve son poids stratégique, nécessaire à l'équilibre régional. L'Arabie saoudite s'affirme comme puissance régionale, en formant face à l'Iran, une coalition sunnite. Confrontée à la rébellion kurde, la Turquie revoit à la baisse les ambitions de sa diplomatie néo-ottomane en direction du monde arabe. La conclusion de l'accord sur le nucléaire renforce la main de Téhéran sur la Syrie et les communautés chiites, au Liban, au Yémen et au Bahreïn. La confrontation entre l'arc chiite et l'axe sunnite, qui relève davantage de considérations géopolitiques que religieuses, annonce une rivalité exacerbée entre Téhéran et Riyad. La nouvelle stratégie en retrait des Etats-Unis, permet le " retour impérial " de la Russie dans la région. L'Europe et plus particulièrement la France s'en trouvent marginalisées.

Le monde arabe qui se décline dorénavant au pluriel, est entré dans un processus long de mutations, sociales, religieuses et politiques.

Livres connexes


Cinq ans après les printemps arabes, le monde arabe, qui est entré dans un long processus de mutations sociales, religieuses et politiques, se décline dorénavant au pluriel.

Cinq années après l'émergence des printemps arabes, le constat est celui d'un monde arabe en convulsion, au sein duquel les situations sont contrastées. Autonomes à l'origine, les soulèvements au caractère profondément social, ont été parfois confisqués par des mouvements islamo-conservateurs, puis par l'islamisme radical. Seule la Tunisie qui a ouvert la voie en 2011, a réussi sa transition démocratique. La Libye s'est enfoncée durablement dans l'anarchie. Au Proche Orient, l'Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen sont des Etats faillis, ou se sont répandus des mouvements non étatiques, notamment Daech, qui a réussi à créer un proto-Etat, de part et d'autre de la frontière syro-irakienne.

Les bouleversements dans cette région ont conduit à des rééquilibrages entre puissances régionales et internationales, qui annoncent des recompositions géostratégiques en profondeur. L'Egypte retrouve son poids stratégique, nécessaire à l'équilibre régional. L'Arabie saoudite s'affirme comme puissance régionale, en formant face à l'Iran, une coalition sunnite. Confrontée à la rébellion kurde, la Turquie revoit à la baisse les ambitions de sa diplomatie néo-ottomane en direction du monde arabe. La conclusion de l'accord sur le nucléaire renforce la main de Téhéran sur la Syrie et les communautés chiites, au Liban, au Yémen et au Bahreïn. La confrontation entre l'arc chiite et l'axe sunnite, qui relève davantage de considérations géopolitiques que religieuses, annonce une rivalité exacerbée entre Téhéran et Riyad. La nouvelle stratégie en retrait des Etats-Unis, permet le " retour impérial " de la Russie dans la région. L'Europe et plus particulièrement la France s'en trouvent marginalisées.

Le monde arabe qui se décline dorénavant au pluriel, est entré dans un processus long de mutations, sociales, religieuses et politiques.


Cinq ans après les printemps arabes, le monde arabe, qui est entré dans un long processus de mutations sociales, religieuses et politiques, se décline dorénavant au pluriel.

Cinq années après l'émergence des printemps arabes, le constat est celui d'un monde arabe en convulsion, au sein duquel les situations sont contrastées. Autonomes à l'origine, les soulèvements au caractère profondément social, ont été parfois confisqués par des mouvements islamo-conservateurs, puis par l'islamisme radical. Seule la Tunisie qui a ouvert la voie en 2011, a réussi sa transition démocratique. La Libye s'est enfoncée durablement dans l'anarchie. Au Proche Orient, l'Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen sont des Etats faillis, ou se sont répandus des mouvements non étatiques, notamment Daech, qui a réussi à créer un proto-Etat, de part et d'autre de la frontière syro-irakienne.

Les bouleversements dans cette région ont conduit à des rééquilibrages entre puissances régionales et internationales, qui annoncent des recompositions géostratégiques en profondeur. L'Egypte retrouve son poids stratégique, nécessaire à l'équilibre régional. L'Arabie saoudite s'affirme comme puissance régionale, en formant face à l'Iran, une coalition sunnite. Confrontée à la rébellion kurde, la Turquie revoit à la baisse les ambitions de sa diplomatie néo-ottomane en direction du monde arabe. La conclusion de l'accord sur le nucléaire renforce la main de Téhéran sur la Syrie et les communautés chiites, au Liban, au Yémen et au Bahreïn. La confrontation entre l'arc chiite et l'axe sunnite, qui relève davantage de considérations géopolitiques que religieuses, annonce une rivalité exacerbée entre Téhéran et Riyad. La nouvelle stratégie en retrait des Etats-Unis, permet le " retour impérial " de la Russie dans la région. L'Europe et plus particulièrement la France s'en trouvent marginalisées.

Le monde arabe qui se décline dorénavant au pluriel, est entré dans un processus long de mutations, sociales, religieuses et politiques.